Le blé est un allergène potentiel reconnu, on parle dans ce cas d'allergie au blé à ne pas confondre avec l'intolérance au gluten de blé ou d'autres céréales.  

Nous l'avons vu, le gluten est partout et les malades de plus en plus nombreux.      

Le gluten est responsable de la maladie coeliaque, maladie des "intolérants", qui est à prendre très au sérieux. Elle se caractérise par une intolérance permanente.

Maladie chronique de l'intestin, elle se manifeste par des symptômes digestifs (diarrhées, douleurs abdominales, ballonnements...) et une plus grande perméabilité intestinale. Le gluten pénétrant dans la paroi de l'intestin grêle en provoquant une inflammation viendrait déclencher une mauvaise réaction immunitaire. La maladie coeliaque est donc aussi une maladie auto-immune à caractère inflammatoire. Le gluten endommage la paroi de l'intestin grêle par destruction des villosités intestinales qui ont pour fonction d'absorber les nutriments (les vitamines et minéraux). En découle une malnutrition possible malgré une alimentation normale.

D'autres symptômes peuvent se rajouter comme la fatigue, un état dépressif et des douleurs articulaires.

Si l'éviction n'est pas respectée, d'autres complications sont répertoriées : intolérance au lactose, anémie, ostéoporose, calculs rénaux mais également, neuropathie, infertilité, arthrite, dermatite, cancer de l'intestin et autres cancers.

Le diagnostic est souvent difficile et très long à établir par les médecins (une dizaine d'année) en raison de la pluralité des symptômes, comme pour la maladie de lyme qui lui ressemble beaucoup. Le praticien cherchera d'abord un problème digestif passager, c'est donc aussi à nous d'être attentifs sur notre santé et d'alerter le médecin si les désagréments persistent durablement.

Lorsque le processus de contrôle est lancé, il y a : test sanguin (taux de certains anticorps), puis biopsie par prélèvement de tissus dans l'intestin grêle et confirmation ou infirmation suite à l'effet de la diète sans gluten préconisée par le médecin.

 

      source : passeportsanté.net