Loin d'être un effet de mode, la vie sans gluten c'est la joie d'être en bonne forme physique et une nécessité pour de nombreux malades intolérants chroniques.

 

Et pour cause, nous pouvons en témoigner pour l'avoir vécu avec nos trois enfants. La maladie les concernait toutes les semaines (presque au quotidien en période hivernale) nous devions combattre les symptômes de diarrhées, fièvres importantes, vomissements. Infections dentaires, toux, otites, angines, grippe et virus ne les épargnaient pas, ils n'avaient plus aucunes défenses immunitaires. Une spirale infernale, les maladies persistaient, avec beaucoup de consultations, d'insistances et d'interrogations, nous remarquions bien la fréquence anormale des affections et pourtant jamais le bon diagnostic. Après cinq années de recherches, nous avons fini par trouver la réponse médicale, l'intolérance au gluten était associée à la maladie de lyme. Nous avons découvert par la suite que la maladie de lyme n'est pas reconnue en France (alors qu'elle l'est en Allemagne), ceci expliquant l'errance médicale dont nous avons été victimes. Depuis l'éviction du gluten qui compte pour beaucoup dans le traitement de la maladie de lyme, nos enfants ont retrouvé la santé et nous la joie de vivre. 

 

Nous ne sommes pas seuls à parler en faveur du "sans gluten", de nombreux de sportifs sont déjà adeptes des recettes sans gluten car conscients des bienfaits sur leur organisme. Pour exemple, le tennisman international Novak Djokovic l'un des favoris pour Roland Garros 2015 propose ses recettes sans gluten "spéciales victoires" dans son livre. Il enchaîne les victoires match après match et son changement de régime alimentaire n'est peut-être pas étranger à cette success story. Le tennisman n'a pas succombé à la mode du sans gluten sans raisons, il y a bien une explication derrière tout cela. Ne comprenant pas pourquoi il souffrait de migraines, de crises d'asthme ou de fatigue durant ses matchs, Novak Djokovic décide de changer de médecin et la sentence tombe. Il découvre qu'il souffre d'une intolérance au gluten, face à cela il change radicalement d'alimentation et se retrouve de nouveau sur la scène internationale des plus grands du tennis.

 

Non, la diète sans gluten n'est pas une fin en soi, au contraire, par notre curiosité nous nous ouvrons à de nouvelles connaissances alimentaires (apprentissage des vertues des graines et autres légumineuses en lieu et place des viandes sucres et produits laitiers dont notre société abuse). Ces perspectives de changement compenseront positivement la "standardisation" monotone que l'on nous propose. Le pain bio sans gluten* aux graines est bien plus sain, plus goûteux et plus nutritif que les pains insipides du commerce (souvent trop salés ou dans lesquels on  ajoute des arômes pour le goût, la déraison au plus bas coût possible). La saveur c'est selon moi, une affaire de qualité d' ingrédients, de recette et de savoir-faire.

* traces possibles en très faible quantité.